30 ans, 30 livres

Je vous avais fait part du plan de match il y a 5 mois. Début mai dernier, je commençais à troquer le talon haut contre l’espadrille à semelle rose fluo. Constat 150 jours plus tard? J’ai relevé le défi que je m’étais lancée : perdre 30 livres pour mes 30 ans. 1 mois et demi avant la date d’échéance et sans gros choc nerveux pour mon gigot d’agneau. Seulement avec un peu de persévérance et bien de la volonté. Bilan.

Basta! Les années insouciantes à enfiler cocktail après cocktail jeudi-vendredi-samedi, à ne plus faire la différence entre carbonara et quinoa, à vider la rangée de craquelins comme un aspirateur et à bouder mes baskets ont laissé place à un constat (de taille) : je devais retrouver la forme, une fois pour toute. Coûte que coûte.

Même si j’étais loin d’être une candidate pour The Biggest Loser, les kilos en trop commençaient à se faire sentir dans mes jeans et dans ma tête. La bonne volonté était toujours relayée au vestiaire, même avec les encouragements de mon médecin. L’avantage d’avoir une doc de famille dodue, c’est qu’il ya pas de sermon quand t’es en jaquette bleu pâle sur la balance. Elle  te conseille plutôt de t’acheter un trampoline pour ton salon. Pas mal, non?

Mais quand le caniche du voisin qui court après sa balle a l’air plus en forme que toi, que t’as l’air d’un cupcake qui déborde de son moule en essayant la jupe en cuir de tes rêves, que tu commences à hyperventiler en faisant un moonwalk devant tes collègues, hé ben tu te dis qu’il est grand temps de remédier à la situation et d’enligner tes violons.

Alors tu dépoussières le journal alimentaire que la nutritionniste à la manucure de Cruella t’a donné il y a belle lurette et tu commences à noter comme un scribe égyptien ce que tu bouffes. Tout ce que tu bouffes. Tu hallucines sa voix nasillarde qui te rappelle que les pieds de brocoli c’est super en potage, mais tu t’en fous. Tu connais tes groupes alimentaires et tu sais faire la différence entre du Cheese Whiz et du beurre d’amandes. Ta mère t’as quand même élevée aux lentilles et au caroube, t’as donc aucune raison de tartiner de la morve orange fluo sur tes toasts.

Alors tu commences à diminuer tes portions, à boire l’équivalent du St-Laurent à chaque jour, à t’intéresser à la reine des prés, au thé vert et aux queues de cerises, et surtout à te grouiller la meringue un peu plus. Faut pas oublier qu’un estomac, c’est comme un élastique. Moins tu manges, moins t’as envie de défoncer les portes du garde-manger.

Hé bien, je vous le dis, y’a pas de recette miracle. J’ai même jamais songé à me gaver de shakes bourrés d’herbes ou de barres énergétiques qui goûtent la moulée de cheval. Tu penses petite assiette, grand verre d’eau citronné, tu coupes la junk, la bouteille de rosé du lundi soir ou tu la réserves pour le week-end. Et tu te bouges! Surtout tu ne fais pas comme les dames au travail qui prennent l’ascenceur pour un étage. T’as plus de fierté que ça.

Quand tu vois les kilos fondre comme une noix de beurre dans la poële, tu veux pas lâcher le morceau. Et tu fais surtout de la visualisation en te voyant enfiler tes paillettes de Noël sans avoir l’air d’un jambon hawaïen mal ficelé, intégrer le mot bikini dans ton vocabulaire et surtout, surtout, te sentir plus légère au propre comme au figuré. Parce que perdre du poids, c’est pas qu’une question de calories : c’est aussi entre les deux oreilles.

J’ai couru pendant 1 mois et j’ai abandonné. Je n’étais clairement pas prête à soumettre ma charpente à cet électrochoc. Mon tibia gauche m’en a voulu pendant 3 semaines. Mais maintenant, avec 30 briques de beurre en moins sur les épaules, je me sens prête à attaquer la phase 2 de ma mise en forme. J’échangerai peut-être les espadrilles contre de la gym suédoise ou des chaussons de ballet.

Bref, je vais plonger dans ma trentaine en novembre, la tête bien haute et le gigot d’agneau bien fier. Ma bucket list de pré-trentenaire est soudainement moins longue à cocher.

Santé!

Chèvre-Laine

Ps : Tranche de vie : Quand tu reviens de faire les courses, que  tu montes les escaliers comme un Bruny Surin en feu avec un bac de 15 kilos de litière à chat à la main, et que tu réalises que c’est exactement le poids que t’as de moins sur la carcasse…Ça mérite bien un cocktail!

Advertisements

9 réflexions sur “30 ans, 30 livres

  1. Wow. Tu as relevé le défi. Bravo à toi. J’y songe moi aussi. Une dizaine serait cool. Merci ça m’encourage. Cette semaine chez ma soeur en visite, je lui ai déjà dit. Diane on doit manger un burgerking cette semaine, ça faittrop longtemps. Magasinage en autobus et marcher de magasins en magasins. Encore une fois merci de me faire réaliser.. Ouais unedixaine en moins me ferait pas demal, que du bien.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s