Le dernier « 30 secondes »

30secondesLe dernier « 30 secondes »

On dit « les trente dernières secondes » me direz-vous? Non. C’est le dernier « 30 secondes », car c’est une entité. Un tout. Ça ne se divise pas (sauf pour en conter les détails), même s’il contient une gamme d’émotions et de pensées diverses. C’est le moment qui restera à jamais gravé. Parce qu’il représente le début. Suite à quoi pourront s’enchaîner à qui mieux mieux les histoires les plus rocambolesques qui soient s’il le faut, mais ce moment… demeure isolé du reste. Ce moment est pur, car ce moment se vide de tout et ne garde que l’essentiel.

30. Les rires précédaient. Maintenant, le silence. Et pourtant, nos yeux disent tant. C’est d’ailleurs à cet instant précis que ses yeux changent de couleur. Peu importe s’ils étaient bleus, verts, gris, bruns, roux (oui, car certaines personnes ont les yeux roux comme leurs cheveux), ils sont maintenant brillants. La plus belle couleur qui soit. Brillant, c’est la couleur de l’amour à l’état brut. C’est brillant. Et transparent. Il a tellement de beaux yeux. Toute la beauté du monde se hisse derrière les parois vertigineuses de son regard si intense. Tant de profondeur et tant de tendresse.

25. Je ne peux faire autrement que le fixer. Ses yeux… une mer d’amour. C’est certain. Et très honnêtement je m’y baigne depuis un bon moment déjà et je n’ai pas l’intention d’arrêter. J’ai aussi totalement oublié ce dont on discutait auparavant. Je pense que je parlais… et il devait m’écouter? Je ne sais trop. Je n’ai aucun souvenir du contenu. En me souhaitant que ce fût pertinent. De toute manière, il n’a pas réellement suivi mes propos. Nous étions ailleurs, les deux. Perdus, mais pourtant sans être perdus. Compliqué? Non, c’est tout sauf compliqué. Il n’y a aucune complication. Parce qu’il n’y a rien : le vide. Il y a lui, et il y a moi. Il y a l’essentiel. Le reste est momentanément disparu. Ma gorge se resserre. Des papillons en liberté dans mon estomac. Mon cœur tente de surpasser un record Guinness.

20. Il me touche. L’épaule. Un classique. En fait, entre l’épaule et la nuque. Le trapèze ? Ça se dit drôle il me semble. Mais oui, c’est ça, il me touche le trapèze. Mais dans le fond le trapèze est le muscle logé sous l’épaule, donc je pourrais juste dire l’épaule… Mais de toute façon, le temps que je me questionne, il est déjà rendu dans mon cou, donc la question ne se pose plus. C’est l’élément déclencheur. L’action qui vient certifier que quelque chose va se passer. Maintenant, on ne recule plus. Le toucher a un effet très bénéfique. Les papillons qui étaient dans mon estomac son maintenant dans mon ventre. Là où l’on veut vraiment qu’ils soient. À retenir : toucher déplace les papillons au bon endroit.

15. Je constate qu’on s’est rapproché. Mais là, c’est le petit instant de panique. Je cesse de nager dans son océan de bonheur et, là, je pense soudainement à plein de choses. La réalité refait surface. Ça ressemble à : « mmm… ça sent la mangue. Ça doit être parce qu’on a bu du jus de mangue. Ben voyons… Pourquoi tu penses ça? On boit de la bière depuis tantôt, t’es ben épaisse. Non… Ça doit être le spray que j’ai mis dans mes cheveux… Sti, pour quoi faire que ça sent aussi fort cette histoire-là? Si ça l’écœure… Il faut que je lui dise, il faut que je m’excuse… Non, ta gueule, fais pas ça. Tu vas briser le moment. Personne ne dit de niaiserie, alors ne commence pas. Ne brise pas le silence pour ça. » Et là, stop. J’ai arrêté de penser. Mon cœur a envoyé chier ma tête et l’a envoyée promener. Il a repris toute la place qu’il occupait. Je le veux. Il est tellement beau. Je replonge dans ses yeux. Je suis en transe. Je ne dois pas être à jeun pour être dans cet état d’esprit… Effectivement. Je dois être ivre d’amour.

10. « T’es tellement belle », me dit-il. Un classique. Rendu là, c’est sûr que n’importe qui est tellement beau. Mais ce n’est pas ça l’idée. J’avais vraiment envie qu’il me le dise. Pis il me l’a dit. Il lit dans mes pensées; ça y est, on est connecté. Pis c’était tellement parfait. C’est l’intonation. Y avait une pureté dans le propos. Pis les yeux, qui disent tellement tout et même plus. C’était tout simple, mais ça sous-entendait vraiment plus. C’est clair qu’il avait un million d’autres compliments à me dire, cachés derrière « belle ». Mais c’était tellement clair, qu’il n’avait pas à les dire. Je les entendais quand même. Tout ce que j’ai à dire c’est qu’il est parfait. Il n’a aucun défaut en ce moment. C’est seulement au meilleur de lui-même que je fais face. Le reste n’existe pas. Je l’aime, c’est fou.

5. Une illusion d’optique. Il est soudainement vraiment très proche. À quelques pouces de moi. Je ne sais pas comment ça s’est produit. Magie. Je l’entends respirer. Mais pas très fort. Il doit avoir la gorge serrée, comme moi. J’ai vraiment le goût d’appeler les records Guinness, je suis pas mal sûre que mon cœur a battu le record de rapidité. Chose certaine, je suis bien en vie, mais peut-être un peu trop! Ah!… C’était tellement joli. Il vient d’esquisser un sourire très discret. C’est donc là, le moment. Wow! Puis-je me souvenir toute ma vie de l’expression de son visage à cet instant précis. Je le regarde une dernière fois. Clic! Une photo mentale. Une archive dans mon cœur.

Et puis, l’extase.

P.-S. Ceci ne s’est pas produit. J’ai redonné vie à mon cœur par la fiction. Parce que c’est en visualisant que l’on crée. Et c’est souvent lorsqu’on est au plus bas, que l’on aime encore plus.

Mêêêlissa

Advertisements

2 réflexions sur “Le dernier « 30 secondes »

  1. wow.. quel beau texte.. tu m’as tenu en haleine.. 50 shades of Grey put aller se rhabiller.. sincèrement tu as tout à fait raison.. c’est facile pour nous femmes de se perdre dans nos pensées.. nos fantasmes.. parcontre je peux te dire que ton texte a du vrai pour moi.. c’est très cool.. au fur et à mesure que je lisais.. des haaaaa chanceuse… mmmm un baiser svp… bravo j’adore..

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s