Mes vacances en Tanzanie – partie 1

En décembre, j’affirmais haut et fort mon grand bonheur de partir en voyage pendant Noël, me sauvant par la même occasion de toutes les obligations du temps des Fêtes. C’était la première fois que j’étais absente du pays pour le réveillon, mais ça faisait plusieurs années que je songeais à m’en libérer. La conclusion : à refaire absolument! Je suis revenue au travail en janvier en étant la seule qui n’avait pas fait d’abus de tourtière, avec un petit teint bronzé et aucun kilo en trop!

J’ai passé le temps des Fêtes en Afrique, plus précisément en Tanzanie. J’allais retrouver mon amie Sophie Chèvre et son bouc, qui étaient en périple pour 6 mois (lisez leurs aventures ici).

Nous ne sommes pas du genre à suivre les routes typiques, nous avons donc visité à notre façon, loin des sentiers battus. Pas d’ascension de Kilimandjaro, de nuitées en Lodge de luxe dans le Parc de Serengeti, de safari de masse au cratère Ngorongoro, ni même d’escale sur la fameuse île Zanzibar. Plutôt des petits villages où très souvent, nous étions les seuls touristes sur place, ou Mzungu comme on dit là-bas.

Nous nous sommes mêlés à la population, avons mangé la nourriture locale, fait de longs voyages interminables dans les autobus surchargés sans air climatisé. Nous avons vu les animaux, l’océan, les montagnes, la verdure, la campagne, la ville. Comme je nous répétais pendant le séjour sur un ton plutôt familier : nous en avons eu plein la gueule!

Nos amis les zèbres au Parc national de Mikumi

Nos amis les zèbres au Parc national de Mikumi

Notre chaloupe pour nous amener vers notre excursion en plongée en apnée

Après quelques jours en Afrique, j’avais déjà adopté le mode de vie mura mura (lentement en malgache, mais tellement à propos en Tanzanie aussi). Moi qui marche toujours en accéléré à Montréal, qui fatigue derrière ceux qui traînent de la patte sur les trottoirs, j’avais ralenti le pas. Pour une rare fois dans ma vie de citadine toujours à la course, je me traînais les pieds. Je prenais le temps de mettre un pied devant l’autre, j’admirais les alentours, je me laissais dépasser par les autres plus pressés.

C’est l’heure du thé à la station de bus!

Chaque matin, nous étirions le petit-déjeuner pour philosopher sur nos vies, nos projets, nos désirs. Nous n’avons par contre pas compris pourquoi, dans ce pays producteur de café, on nous servait que de l’instantané. Qu’importe, on buvait nos tasses d’Africafé, avec nos minces rôties à la confiture douteuse, notre omelette graisseuse et nos petits morceaux de fruits avec joie (peut-être avec un peu moins d’enthousiasme après 20 jours de ce régime)!

Raisons pour aller en Tanzanie

Si c’est votre première fois en Afrique, ce sera un bon baptême : le pays est plutôt bien organisé, la population accueillante et respectueuse. J’ai vu en Tanzanie un peuple souriant, tourné vers la communauté et qui n’a rien à envier à notre mode de vie individualiste, surconsommateur et stressé. Jamais je n’ai senti de danger ou d’insécurité. Moi qui croyais me faire voler et attaquer, ce fut totalement le contraire. Toutes mes craintes et préjugés ont foutu le camp, et c’est tant mieux ainsi! De plus, quand on s’éloigne des routes touristiques, il est possible de s’en tirer pour quelques dollars par jour. Il est également impossible de s’ennuyer avec toutes les attractions offertes (safari, hiking, plongée, baignade, etc.).

Les femmes colorées au marché du dimanche.

Raisons pour éviter d’y aller

À éviter si vous voulez faire un « trip » gastronomique. Nous nous sommes toujours contentés de la nourriture locale qui consistait principalement à de l’ugali (une sorte de pâte de farine), riz, fèves, un peu de légumes et à l’occasion du poisson (j’évitais les viandes). À Moshi toutefois, il y a plein de restaurants indiens et dans les régions musulmanes, on peut trouver des shawarma. En contrepartie, c’est le paradis des fruits frais (sans pesticides). J’ai mangé les meilleurs ananas, noix de coco, bananes et mangues de ma vie. J’ai goûté à du Jack Fruit pour la première fois (mix de goût entre la banane, la mangue et le coco). Oubliez les fruits et légumes parfaits comme à l’épicerie puisque dans les marchés là-bas, on ne trouvait que des produits « normaux ». C’est-à-dire avec des formes irrégulières, avec quelques fois des imperfections. Comme sont supposés être les fruits et légumes non arrosés de produits chimiques.

Assiette de fèves, riz, légumes et banane : 1,50 $ par personne!

Un séjour parfait et j’en aurais pris davantage !

Marie-Chèvre

***

Je retourne dans l’hiver montréalais avec le plus gentil des chauffeurs de taxi pour me conduire à l’aéroport.

Advertisements

Une réflexion sur “Mes vacances en Tanzanie – partie 1

  1. Vous avez eu tellement raison de voyager de cette façon, être au cœur de la population est le meilleur moyen pour être dépaysé et rentrer totalement zen 🙂 Ce qui est dommage par contre c’est bête de ne pas avoir fait de Safari, certes c’est touristique mais ça vaut le détour!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s