Autre leçon de savoir-vivre

Quel est l’un des sujets de prédilection dans l’enclos ? La courtoisie, civisme et autre politesse qui font de nous des êtres meilleurs. Oui, je vais encore vous siphonner les oreilles avec des règles de bonne conduite puisqu’il me semble que ça n’a pas été bien entendu de tous. Je vois encore des attitudes et des comportements peu édifiants de la part de mes confrères montréalais et ça doit s’arrêter maintenant. Parce que nous vivons tous ensembles, nous devons faire des efforts pour devenir de bons citoyens. Par respect pour nous et nos compères.

Je vous partage donc quelques petits conseils pour devenir vous aussi des concitoyens exemplaires.

  • Sourire

Simple, gratuit et moins musculairement sollicitant qu’une baboune, le sourire est essentiel pour entrer en relation avec autrui, élément déterminant du savoir-vivre. Je vous donne un petit devoir. Cette semaine, souriez au chauffeur lorsque vous entrez dans l’autobus, au guichetier du métro lorsque vous franchissez les tourniquets, aux personnes qui vous laissent passer en voiture ou à pied, bref à ceux qui vous rendent un service et ce, même si c’est leur travail de le faire. Sincèrement, je m’efforce de toujours sourire ou saluer les employés de la STM qui soit dit en passant, sont très ravis et me répondent chaleureusement (la plupart du temps).

  • Respect des autres

Je déplore constamment que notre société soit devenue tellement individualiste que plus personne ou presque ne pense aux autres. Les gens marchent dans leur bulle sans même penser que leurs gestes puissent avoir des conséquences sur les autres autour d’eux ou même sans même réfléchir qu’il peut y avoir du monde autour. Montréal a plus d’un million d’habitants donc c’est inévitable qu’autour de vous, il y ait d’autres personnes. Donc, svp, pensez à laisser passer les gens si vous bloquez le chemin, ne marchez pas à 4 sur un petit trottoir, tenez la porte pour la personne derrière vous, ne coupez pas les autres dans une file ou salle d’attente (tout le monde dans la salle est également en train d’attendre), ne retenez pas les portes du métro (il y en aura un autre dans 3 minutes). J’ajouterais même, cessez de parler au cellulaire lorsque vous êtes à la caisse. C’est très impoli pour le/la caissier/ère. Votre conversation peut attendre après votre transaction! J’ai déjà travaillé au service à la clientèle et je détestais avoir des clients qui se foutaient carrément de moi en parlant au cellulaire.

  • Coup d’œil

C’est une théorie que j’ai développée et que j’ai nommé le « back look ». C’est un réflexe que je conseille à tous d’adopter. Comment ? Rien de plus simple. En franchissant une porte : coup d’œil furtif derrière soi pour voir s’il y a quelqu’un qui nous suit. Si oui, on tient la porte. En changeant de direction, à pied ou à vélo : regard dans l’angle mort. On évite ainsi de foncer dans une potentielle présence humaine. En sortant d’une cabine de toilette publique : back look. Dites-vous que d’autres personnes suivront après vous, c’est la moindre des choses de laisser les lieux un minimum propre! Même principe pour n’importe quelle utilisation d’un endroit public (lavabos, salles d’essayage, tables à pique-nique, bancs publics, etc.), adoptez le principe fort connu des écolos : leave no trace. Dans le doute, dites-vous : à la maison, laisserais-je l’endroit dans cet état ? On ne veut pas être plus catholique que le pape, mais si c’était propre avant que vous arriviez, vous savez quoi faire en partant.

  • Zénitude

Un autre ingrédient primordial au bien-être commun serait l’élimination des excès de colère : exit la rage au volant ou la rage au guidon! Il faut régler le problème à la base, soit respect par tous du code de la route et place de choix pour la courtoisie. Vous le savez comme moi, une escalade de frustration est trop vite arrivée. Un conducteur a l’ego blessé de s’être fait couper, il klaxonne comme un débile, frustrant le cycliste à côté de lui qui envoie promener le prochain piéton dans son chemin. Et ça continue. J’instaurerais donc une espèce de « jarre à sacre » collective. À chaque démonstration de rage sur les rues ou trottoirs, une piastre dans le pot. Imaginez le party qu’on se paierait à la fin de l’année! Qui plus est, après avoir payé 30 $ en deux jours, on se calmerait le pompon avec le klaxon. Rassurez-vous, j’aurais aussi un gros travail à faire pour demeurer zen, puisque j’ai moi-même le doigt d’honneur facile lorsque je me fais couper le chemin…

Pour finir, disons-nous seulement que nous ne sommes pas seuls au monde. D’autres individus gravitent autour de nous. Tentons d’y penser!

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une très belle semaine!

Marie-Chèvre

***

Advertisements

Une réflexion sur “Autre leçon de savoir-vivre

  1. J’abonde dans le même sens que toi, Bronty. Les gens délaissent souvent la bienséance et s’enferment de plus en plus dans leur bulle. Un sourire, c’est simple et ça ne fait pas mal à personne!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s