Souvenir de patinage

Les sports sont loin d’être mon dada : l’idée de courir un 500 mètres me donne l’envie de me cacher six pieds sous terre et je ne peux m’imaginer faire le tourniquet en maniant la lance ou le javelot. Par contre, les Jeux olympiques, ma télé et moi avons rendez-vous tous les deux ans. Et c’est entre autres à Richard Garneau, avec sa voix de velours, son oeil brillant, ses intonations bien placées et son vocabulaire soigné et d’une élégance innée, à qui je dois mon intérêt pour les sports olympiques et leurs athlètes.

Garneau et Goldberg - Turin 2006

Garneau et Goldberg – Turin 2006

Pour moi, Richard Garneau, c’est l’âme du patinage artistique, sport que j’ai pratiqué pendant plusieurs années. En plus de lacer mes patins blancs deux fois par semaine et de recommencer sans cesse les axels, lutz et salchows, la petite fille curieuse et captivée que j’étais adorait s’installer devant la télé pour écouter les analyses du tandem Goldberg-Garneau. Le premier amenait sa fougue et ses émotions, le deuxième le complétait en donnant un sens éducatif à son travail de description.

Richard Garneau était sûrement l’un des seuls sinon le seul à pouvoir aussi bien décrire la musique qui accompagnait les chorégraphies des patineurs. Je me souviens de ce plaisir senti à parler de musique classique. Handl, Vivaldi, Satie…la compétition n’était  plus seulement un enchaînement de coups de lame sur la glace, mais un cours 101 de musique qui se rajoutait au spectacle. La jeune admiratrice des Duchesnay, d’Oksana Baiul, d’Elvis Stojko et du duo Bourne et Kratz était tout simplement conquise par le charisme de ce journaliste sportif au talent de conteur hors du commun.

Les mondes du sport et des communications perdent un géant, pendant que d’autres, comme la jeune patineuse que j’étais, remercie Richard Garneau d’avoir été ce pédagogue si cultivé et raffiné.

Chèvre-Laine

Advertisements

2 réflexions sur “Souvenir de patinage

  1. Je suis loin d’être une patineuse, mais moi aussi, je suis de celles que la compétition rive à son écran. Elvis Stojko, Brian Boitano, Kurt Browning, Midori Ito, Gordeeva et Grinkov, Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler, Yagundon, Plushenko… J’arrête ici: ils ont tous en commun Richard Garneau. Souvenirs…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s