Le carnet de novembre de Marie-Chèvre

Je vous présente aujourd’hui un petit méli-mélo des moments marquants des derniers jours. Entre mon déménagement, la montagne de boîtes à défaire, le primer et le choix des couleurs, j’ai eu un peu de temps pour apprivoiser mon nouveau quartier, Verdun. En fait, je n’ai que profiter du bord de l’eau. Peut-être que je vais me répéter ici, mais étant native de la lointaine Côte-Nord, retourner habiter près du St-Laurent est une joie immense. Un retour aux sources, mais sans quitter l’Île de Montréal. Je ne peux pas me lasser d’admirer ce cours d’eau. Chaque jour, le spectacle est différent, selon le soleil ou les vents. Un matin, l’eau parait être un miroir, le lendemain elle est d’un gris intense ou d’un bleu royal. Bref, c’est une chance de pouvoir avoir accès à ce magnifique fleuve. Et sans vouloir faire une Richard Bergeron de moi-même, il faudrait redonner l’accès aux rives aux Montréalais, et vite pour que tout le monde puisse en profiter !

La liste de mes envies

Entre tout ce qu’implique un déménagement, j’ai quand même eu un peu de temps pour faire de la lecture. Je viens de terminer « La liste de mes envies », un roman, pas très long à lire, écrit par Grégoire Delacourt. Alors, la grosse question : Que feriez-vous si vous gagniez plusieurs millions ? Jocelyne, personnage principal du livre, vient de remporter une immense somme d’argent à la loto et elle craint maintenant que ce magot ne détruise sa vie simple et banale mais qui la rend pourtant très heureuse. Intéressante réflexion qui mérite qu’on s’y attarde. Personnellement et sans même y douter une seconde, si je gagnais le million, je le prendrais entièrement. Je partirais en voyage, je me gâterais et je gâterais ceux que j’aime. Mais que ferais-je ensuite ? J’achèterais des objets de grandes valeurs mais somme toute non essentiels. Je doute bien que je ne serais probablement pas plus heureuse qu’aujourd’hui… Et vous, qu’en pensez-vous ?

L’imposture

J’ai habité Hochelaga pendant près de 8 ans et un des phénomènes qu’on y retrouve est la prostitution. J’ai souvent eu la conversation avec des ami(e)s à propos de la situation de ces « travailleuses du sexe ». Je prônais (et prône toujours) l’argument qu’elles ne choisissent pas de faire ce « métier » (même s’il n’en est pas un !) et que les plus à blâmer sont quant à moi les clients qui payent pour ces « services ». Quand j’ai entendu parler qu’un documentaire avait été fait sur le sujet, « L’imposture » par Ève Lamont, je me suis précipitée pour l’écouter (disponible sur Tou.tv). Ce documentaire dure 1 h 30 et ne peut laisser personne indifférent. Je mets également au défi toute personne qui est pour la légalisation de la prostitution de ne pas remettre en question sa position. Personnellement, j’ai été troublée et extrêmement touchée par les témoignages de ces filles, qui déballent leurs histoires et vécus avec une franchise renversante. Je retiens beaucoup de choses de ce reportage, dont le fait qu’elles sont victimes et qu’avec un peu de soutien, elles voudraient toutes s’en sortir. Ça fesse comme on dit mais c’est à voir absolument !

Le methylparaben

L’autre jour, ma collègue revient de la pharmacie en disant « J’ai passé une heure à chercher une crème hydratante sans methylparaben ». De kessé ? Un produit chimique présent dans la plupart des cosmétiques et qui cause le cancer. Bon, une autre affaire ! Après les Oméga-3, les pré-pro-plouc biotiques, l’huile de palme, le gras trans, le sucre, le sel, les OGM, voilà qu’en plus nos produits de beauté nous rendent malades ! Je n’en reviens tout simplement pas ! Soit les compagnies veulent toutes qu’on soit malade, soit on capote pour rien, soit il est grand temps qu’on revienne aux sources (se laver avec de l’eau et manger les légumes qu’on fait soi-même pousser). J’ai fait une petite recherche sur le site de David Suzuki et c’est bien pire que je pensais. Il y a en effet plus d’une douzaine de produits chimiques présents dans les cosmétiques qu’on utilise quotidiennement et que l’on devrait donc absolument éviter si on ne veut pas choper une grave maladie. Il y en a partout : dentifrice, shampoing, crème hydratante, maquillage. Par chance, ils ont créé un guide de consommation pour nous aider dans nos choix : BHA, phthalates et PEG ne vous seront plus inconnus (ou presque). Dorénavant, il vous faudra lire TOUTES les listes d’ingrédients de TOUS les produits que vous achetez. Compris ? Je ne veux pas que vous tombiez malade !

Sur ces notes joyeuses, je vais aller faire mes salutations au soleil devant mon beau Fleuve St-Laurent, jusqu’à ce qu’une autre étude vienne me dire de faire le contraire !

Passez une bonne semaine et soyez prudents !

Marie-Chèvre

***

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s