Opération rénos!

On dit souvent que la rénovation, c’est difficile pour un couple. Bouc-et-misère et moi-même, Capriane, avons fait mentir les critiques, mais non sans quelques anecdotes…

D’abord, après 10 mois de relation à distance, nous avons immédiatement déménagé ensemble à mon retour de voyage, emportés par notre amour passionnel (et surtout charnel!). Bouc-et-misère avait déjà une maisonnette qui est rapidement devenue notre enclos commun. Notre projet consistait à rénover la cuisine et la salle de bain pour, entre autres, agrandir cette dernière.

Évidemment, mon côté romantique voulait préserver « la magie ». Mais bon, lorsque vous vous retrouvez avec une toilette au milieu de la maison sans mur (lire sans intimité) essayez de préserver la magie, ce n’est pas facile ! Par chance, les Rona et Home Depot de ce monde ont bien compris les « besoins » de leurs clients. Comme tous ceux qui ont fait des rénovations le savent, une (ou des) visite quotidienne s’impose.

Et que dire de la famille et des amis qui viennent, à l’improviste, s’assurer de la bonne marche des travaux. Pleine d’espoir, je me disais « un peu d’aide, ça va faire du bien ». Eh non. J’ai compris rapidement que chaque jour apporte plutôt son gérant de chantier. Deux bières, un repas et des dizaines de conseils plus tard, les gérants quittent enfin. Et après on se demande pourquoi les échéanciers ne sont jamais respectés.

Une des premières leçons des travaux manuels est celle d’apprendre à lire en pouces et pieds. Vingt-trois et sept seize, ça vous dit quelque chose? Eh bien, je l’ai appris à mes dépends. Puisque les murs originaux étaient croches (*euphémisme*), nous avons utilisé l’astuce pour les corriger, c’est-à-dire ajouter une épaisseur de lattes de bois pour mettre à niveau les murs centenaires. Ensuite, nous avons installé les armoires dans la cuisine, à la suédoise. Lorsqu’est venu le temps de placer la dernière armoire, stupeur dans la chèvrerie! Avec nos manœuvres pour redresser les murs, le trou pour la dernière armoire n’était plus assez grand! Ne me demandez pas comment, mais mon bouc a réussi, en forçant comme un boeuf, à la faire rentrer quand même. Est-ce que les murs se sont espacés? Les armoires, rapetissées? Je ne sais pas, mais c’était digne des meilleurs tours de Luc Langevin, comme quoi toute la magie ne s’était pas envolée.

Enfin, nous avons vécu plusieurs autres anecdotes de ce genre durant nos travaux, mais l’adage ne s’est pas confirmé. Plus d’un an après les rénovations, tout va pour le mieux dans notre petite maison montréalaise. Cette expérience nous a fait prendre possession de notre espace. Dorénavant, ce n’est plus chez-lui, ce n’est pas chez-moi, c’est chez-nous. Ne manque plus qu’un chevreau-lait.

Capriane (et Bouc-et-misère!)

Advertisements

Une réflexion sur “Opération rénos!

  1. Ping : Gigot d’agneau et course à pied | La Chèvrerie

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s