Carnet rose de fin d’été

Entre deux kleenex froissés, un rouge à lèvres, une fourchette en plastique, un trousseau de clés et une bouteille d’Advil, il est là, prêt à ce que mes impressions, découvertes et pensées y soient couchées. Petit blitz de notes des dernières semaines, version petit carnet rose!

Théâtre de Verdure

Joyau du Parc Lafontaine, le Théâtre de Verdure m’a fait vibrer tout l’été! De Peter Pan, ode magique à l’enfance joué par les comédiens de La Roulotte dans une mise en scène savoureuse signée Félix Beaulieu-Duchesneau , jusqu’aux concerts gratuits de l’Orchestre Métropolitain, ce théâtre à ciel ouvert sait comment plaire année après année, grâce à une programmation riche et diversifiée. Un de mes plus beaux souvenirs d’été au Théâtre de Verdure? Un pique-nique improvisé dans le parc, suivi du concert en plein-air de Marie-Josée Lord, cantatrice remarquée et remarquable. Une des plus belles voix du Québec. Point final. J’ai encore la chair de poule en écoutant sa version opératique de Le Monde est stone de Starmania. Écoutez, ça vaut la peine!

Robin des Bois

Vous aimeriez savourer un fin repas tout en contribuant à une noble cause? Alors galopez vers le Robin des Bois! J’y suis allée pour la deuxième fois vendredi dernier avec une convive qui découvrait ce joli resto de la Main feutré et décoré de touches de rouge bordeaux et de motifs rappelant le Maghreb. Mon ceviche de tilapia était divin, quoique très citronné, et j’ai été plus que ravie par l’entrée de melon d’eau au piment d’Espelette et fromage haloumi grillé. Ma copine s’est régalée avec un risotto au fromage de chèvre et aux courgettes, précédé d’une salade de roquette bien croquante. Le concept : goûter à une cuisine composée de produits locaux, dont les profits de la vente sont versés à divers organismes de bienfaisance, tels que Jeunesse au Soleil. De plus, les serveurs sont des bénévoles qui donnent un peu de leur temps pour nous faire passer un agréable moment, tout en donnant au suivant! Une bouteille de rouge boisé, des arômes culinaires frais et délicieux et le sourire de Matt, notre serveur : les ingrédients étaient réunis pour une soirée des plus réussies!

Robin des Bois 4653, boulevard Saint-Laurent

Boutique 1861 

…ou plutôt dans un palais de Marie-Antoinette près de chez vous! Pour les grandes princesses coquettes qui souhaitent renouer avec leur coeur d’enfant, une visite à la Boutique 1861 s’impose! Dans ce paradis rococo-baroque victorien aux teintes de cupcakes pastel ressemblant à une maison de poupée, les fashionistas qui craquent pour la mode girly et rétro seront plus que comblées! Cette petite boutique vintage de la Main ayant une soeur jumelle sur la  Ste-Catherine, propose des vêtements de qualité abordables charmants et féminins à prix tout doux. Moi qui veut bientôt aller prendre le thé au Reine Elizabeth pour expérimenter ce rituel british, je sais maintenant où trouver ma coiffe et mes bijoux!

Boutique 1861 3670, boulevard Saint-Laurent

Ève Cournoyer 

Nathalie Petrowski le relate si bien dans sa chronique parue dans La Presse : pourquoi faut-il qu’un artiste s’éteigne pour découvrir son oeuvre? Moi aussi, je connaissais seulement le nom d’Ève Cournoyer. Son visage m’était tout de même connu, peut-être l’ayant déjà croisée sur le Plateau, petite ruche d’âmes artistiques autant lumineuses qu’à la dérive. Sabot de Vénus, Le labeur de la fleurCes titres d’albums titillants et intriguants me donnent encore plus envie de goûter aux paroles et aux beats de cette étoile filante dont la disparition créé tout un émoi sur les réseaux sociaux depuis dimanche.

Mon chalet, le Lac Castor …

Mes plus beaux souvenirs d’enfance ne sont pas ceux d’un voyage à Disney ou dans un pays à l’autre bout du monde, mais sont plutôt reliés aux étés passés au chalet familial. Loin d’être une résidence secondaire opulente à flan de montagne, cet ancien camp de chasse construit en 1925 est un véritable trésor d’histoire. Plusieurs membres de la famille se le partagent durant l’été, chacun pouvant en profiter aisément avec les membres de sa famille ou avec des amis. Les premiers amours de mes grands-parents y sont d’ailleurs nés, l’été de leur 12 ans. Mon grand-père, orphelin de mère à 10 ans, était envoyé par son père au camp, l’été, pour passer du temps avec les Nadon. Nous avions même célébré leur 50ième anniversaire de mariage au Lac Castor! Les rondins de tremble, le poêle à bois, la galerie, tout est d’origine, ou presque. Les signatures de tous les vacanciers ornent les murs et ce, depuis 1926, lorsque Lucienne Nadon, mon arrière-grand-mère un tantinet excentrique, a décidé d’ apposer son nom sur un des rondins. Le chant des huards sur le lac, le vent qui souffle sur la presqu’île, les couchers de soleil et le calme qui règne là-bas valent tout l’or du monde et ce, pour une escapade des plus ressourçantes.



Chèvre-Laine

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s