Le mariage de l’année!

 Il y a des mariages de toutes sortes : traditionnel à la manière du conte de fée, où la longueur de la traîne de la mariée est directement proportionnelle à la hauteur du gâteau; thématique, où les futurs époux recréent l’époque du Roi Arthur en croisant l’épée et non les flûtes à champagne; grano dans un champ de blé avec des pâquerettes au doigt en signe d’alliance. Bref, peu importe l’emballage, ce qui importe, c’est le cadeau : l’amour dans toute sa simplicité.

Samedi dernier, mon bouc et moi étions invités au mariage de mon ami de longue date, Benoit, qui a uni sa destinée à celle de Wali, l’homme de sa vie. Bien au-delà de la fantaisie stéréotypée d’un mariage gai, il y avait cet amour sincère, ce désir profond de bâtir un avenir ensemble. En déclamant son amour à l’Outaouais en entier, je m’attendais, bien entendu, à une petite (grosse) touche d’excentricité de la part de Benoit. À son image. À la mienne aussi, puisque lui et moi avons en commun cet esprit ludique et ce goût pour les petits détails différents qui nous empêchent de se fondre dans la banalité. La preuve : Lors de nos retrouvailles annuelles, voire biannuelles, nous avons comme mission de se retrouver dans un lieu inusité pour passer la journée et rattraper le fil de nos vies respectives. Il est le seul que je connaisse qui ait osé pêcher des truites à la pisciculture vêtu d’un blazer cintré Calvin Klein. Ensemble, nous nous amusons comme Hansel et Gretel dans un paradis de maisons en bonbons.

Je reviens à cette cérémonie des plus uniques. Danseuses brésiliennes et dragqueen-chanteuse sont venues ajouter étincelles et dynamite à une soirée solennelle qui a commencé par une union notariale et des voeux rafraîchissants et humoristiques. Adios les deux mariés en plastique trônant sur le dessert en meringue à 15 étages. Nous nous sommes délectés d’un buffet à saveurs internationales  à l’image de la soirée épicée. Wali étant d’origine comorienne, les mariés étaient vêtus de redingotes en satin ornées de pierreries. Le cortège nuptial arborait également les couleurs et les tissus indiens. Sans compter le bindi apposé au front de la dame d’honneur drapée dans un sari doré, turquoise et fuschia. New Delhi était drôlement bien représentée dans l’agora de la Maison du Citoyen de Gatineau! Pour l’occasion, j’avais sorti mon bibi à plumes rouges digne du jubilée de la Reine pour assister à cette cérémonie des plus royales.

Ajoutez-y un bar ouvert à volonté, une piste de danse survoltée, d’agréables retrouvailles avec des amis de l’école secondaire et une soirée passée en compagnie de celle qui m’enseignait l’anglais il y a 14 ans lorsqu’elle avait mon âge, et vous obtenez une joyeuse soirée unique, inspirante et rafraîchissante qui, jumelée à la croyance d’un amour profond et d’un chemin à paver à deux, nous fait croire au véritable sens du mariage.

Chèvre-Laine

Advertisements

2 réflexions sur “Le mariage de l’année!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s