L’art, pour investir ou embellir?

Si je vous dis Jean-Paul Lemieux, Marc Aurèle Fortin, Marcelle Ferron et Jean-Paul Riopelle, vous pensez à quoi? Aux oeuvres d’arts de ces peintres, bien sûr!

Jean Paul Lemieux , Farewell, huile, 10 » x 12 » 

Il y a quelques semaines, j’ai assisté à un encan d’œuvre d’arts. Non pas que je voulais acheter, mais je donnais un coup de main aux organisateurs.

Vous vous intéressez à l’art, vous voulez découvrir un monde totalement nouveau, vous êtes curieux? Pour assouvir tous vos besoins d’apprendre et de découvrir, j’ai posé quelques questions à propos des encans d’œuvres d’art à la direction de la maison d’enchères Cosner, Sophie Ouellet.

Voici donc le résumé de nos discussions :

1- On commence doucement, qu’est-ce qu’un encan?

Une vente aux enchères est une vente publique de biens (tableaux, meubles antiques ou tout autre objet). Le commissaire-priseur (celui qui tient le marteau) suggère des prix et augmente la mise à intervalle régulier, selon les acheteurs dans la salle. Les personnes intéressées à acheter lèvent leur numéro lorsqu’elles veulent acquérir le produit et surenchériront jusqu’à temps qu’elles obtiennent le bien ou que ce dernier devienne trop élevé.  Au coup de marteau, c’est la personne avec la mise la plus haute qui remporte le lot et qui en devient propriétaire.

Cette façon de faire est la plus répandue et ce mondialement. Cependant, il y a aussi des encans silencieux qui sont souvent utilisés par les oeuvres de charité. De plus, il a les encans chinois (encans inversés) où au contraire, le commisaire-priseur fait descendre les mises et c’est l’enchériseur le plus bas qui remporte le lot. Cependant, cette dernière façon de faire est très peu populaire et est souvent utilisée par les fournisseurs (exemple les encans de fleurs ou biens de bétails). Ici, nous sommes complètement dans d’autre chose…

2- Depuis quand ça existe au Québec – Canada?

Le mode de fonctionnement du type encan semble exister depuis toujours. Au pays, à titre d’exemple, on organisait des ventes aux enchères d’objets divers aux portiques des églises. La maison d’enchères d’origine anglaise Sotheby’s est établie à Toronto depuis 1967. La maison Heffel de Toronto et Vancouver est dans l’industrie depuis 1976. Au Québec, plusieurs maisons ont vu le jour dans ces mêmes années, avec Fraser qui n’y est plus depuis quelques années déjà. Il y a aussi nous, Enchères Cosner. Notre maison est dans le domaine des ventes aux enchères depuis plus de 20 ans, d’abord à Québec et ensuite Montréal depuis plus de 10 ans.

3- Qui peut assister à un encan?

Tout le monde peut assister à une vente aux enchères, c’est public. Et oui, c’est accessible! D’ailleurs de plus en plus de jeunes de 30 ans viennent à nos ventes. Il s’intéressent aux grands maîtres canadiens et s’y connaissent de mieux en mieux.

4- Est-ce accessible?

C’est ouvert à tous, peu importe l’âge. Cependant, pour acheter un tableau à une vente aux enchères, il faut absolument s’enregistrer pour obtenir un numéro d’acheteur. Il faut aussi accepter les conditions de la vente puisque si une personne remporte une mise, elle en devient propriétaire au coup de marteau et doit donc la payer. Mais, tout le monde peut assister à la vente, sans obligation d’achat!

5- Comment on trouve des encans?

Il est possible de trouver des ventes aux enchères via le web comme par des sites qui répertorient toutes les maisons de ventes aux enchères (Artprice.com ou MutualArt.com). Ou tout simplement par les moteurs de recherche, en spécifiant vente aux enchères de tableaux ou encan d’oeuvres d’art, etc…

6- Qu’est-ce qui a la cote présentement sur le marché?

Présentement, les tableaux de Jean-Paul Lemieux ont la cote et battent les records d’art canadien. Sinon, Riopelle, Emily Carr et le Groupe des sept sont toujours dans les hautes sphères! Au Québec, des oeuvres de Paul Emile Borduas , Marc-Aurèle Fortin, Alfred Pellan et Jean-Philippe Dallaire sont également très prisées.

7- Comment savoir si une toile a de la valeur?

Allez voir un spécialiste de renom, les maisons d’enchères ou les galeries d’art longuement établies dans le milieu. Ils pourront tous vous dire la valeur de l’oeuvre et vous conseiller dans la mise en vente.

8- Comment conserver une toile pour ne pas l’abimer?

Conserver une oeuvre est assez simple. Si c’est une aquarelle, pastel ou dessin, il faut s’assurer que la vitre a une protection pour rayon UV pour éviter que le soleil blanchisse les oeuvres. Évitez de les mettre en plein soleil! Ne pas mettre une huile au dessus d’un foyer au bois, comme le faisait nos ancêtres, puisque l’oeuvre noircira. Sinon, pour des meilleurs conseils de conservation, tout bon encadreur pourra vous conseiller et  aussi vous fera l’encadrement adéquat pour le type d’oeuvre que vous avez.

9- Comment vendre ou acheter un tableau?

Il est possible de vendre une toile soit par une galerie de renom, qui la mettra en consignation en échange d’un pourcentage de la vente ou soit par vente aux enchères. Les deux options sont bonnes. Pour la vente aux enchères, l’encanteur établira un prix de réserve (un prix minimum) et chargera une commission sur la vente. Si le prix n’atteint pas le prix de réserve, l’oeuvre sera retirée et retournée au propriétaire. Il est certain que l’encanteur travaillera à la vendre le plus cher possible car la commission est sur le prix au marteau. Il suffit que deux acheteurs courtisent la même œuvre pour que la toile atteigne des prix fort intéressants. De plus, les consignataires sont toujours les bienvenus à la vente et peuvent voir de visu à combien la toile se vend.  Les consignataires sont payés dans les 30 jours suivants la vente aux enchères.

Pour acheter des tableaux, il y a bien sûr entre particuliers, dans les galeries, les ventes aux enchères et par les artistes eux-mêmes pour les oeuvres contemporaines.

***

Lors de l’encan en question, j’ai vu des tableaux être vendus à toutes sortes de prix. J’imagine qu’il y a beaucoup de personnes qui achètent dans le but d’investir. Si votre budget ne permet pas l’achat de telles œuvres, il est toujours possible de vous tourner vers les artistes locaux. Peut-être ne vous rapporteront-ils pas des millions, mais chose certaine, ils sauront vous émouvoir et embellir votre domicile!

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à visiter les galeries, ateliers et encans. Et beaucoup de restaurants et cafés exposent des oeuvres d’artistes dans leur commerce, ouvrez l’oeil. Vous y ferez certainement de belles découvertes et pourrez voir de près les chefs d’œuvres québécois et canadiens.

Un énorme merci à Sophie Ouellet de la maison Enchères Cosner pour son temps!

Et à tous, bonnes découvertes!

Marie-Chèvre

***

Advertisements

Une réflexion sur “L’art, pour investir ou embellir?

  1. Intéressant votre article! Cela me donne le gout d aller faire la tournee des galeries d art. Je suis curieux de savoir combien s est vendu ce tableau de jp Lemieux lors de cet encan?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s