Nuit Blanche 2012 : manchots, glissade et coupe de cheveux!

Marie-Chèvre et Chèvre-Laine n’ont pas fait exception et ont sillonné la ville en quête d’activités originales lors de la 9e et glaciale Nuit Blanche de Montréal. Petit compte-rendu de leur expédition …


Marie-Chèvre :

La nuit a commencé avec beaucoup de sévérité : le concert d’orgue à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde. J’étais intriguée par l’acoustique que pouvait offrir une église et aussi, je l’avoue, par le caractère sacré de cette musique. La prestation était honnête mais j’en aurais pris davantage. Du moins, ça m’a donné le goût de répéter l’expérience!


J’ai ensuite tenté de visiter le Centre d’histoire de Montréal et son exposition Quartiers disparus. Ce fut peine perdue : trop de monde. J’en ai convenu que ce serait autant sinon plus bondé dans tous les musées et qu’il valait mieux, si je voulais profiter pleinement des expositions, revenir une autre fois et payer le coût d’admission. La Nuit Blanche est un événement unique et chaque année, la foule en délire qui y participe témoigne de sa grande popularité. L’offre d’activités est grande et il y en a pour tous les goûts. Mais à mon avis, ce n’est pas le moment idéal pour explorer les expositions et musées qui ouvrent leurs portes gratuitement.

J’ai donc profité du métro ouvert toute la nuit pour me diriger vers l’est, au Parc olympique. Pour l’occasion, les manchots et les oiseaux de proie ont été sortis de leurs cages. C’était une première dans le cas des manchots! J’ai donc fait un mini séjour en Antarctique avec les manchots (à ne pas confondre avec des pingouins!) et une séance d’ornithologie avec, en prestation, un grand duc, une chouette et une nyctale. Ayant un penchant pour les oiseaux, j’ai trouvé ces deux activités fort intéressantes! Pour la nuit, le Biodôme avait aussi ouvert ses portes, nous permettant de découvrir une facette jamais exposée, les animaux la nuit.

En ce lendemain, je me questionne déjà à savoir si je participerai à la 10e Nuit Blanche. Je devrai choisir encore plus méticuleusement les activités à privilégier, puisque les foules de noctambules en folie, ce n’est plus pour moi!

Chèvre-Laine :

J’abonde dans le même sens que Marie-Chèvre. Me faisant tranquillement une vieille biquette, je suis de moins en moins enthousiaste et survoltée à la vue de marées humaines. La Nuit Blanche est un happening connu mondialement et les Montréalais en raffolent. J’en ai eu la preuve hier.

Je participe à la Nuit Blanche depuis 6 ans et je suis toujours ravie de constater l’amélioration de la programmation année après année. Que personne ne vienne dire qu’il n’y a rien à faire dans la métropole! Mais disons que cet événement nocturne qui clôt le Festival Montréal en Lumière est victime de sa popularité.

J’ai tout de même profité de l’ambiance qui régnait à la Place des Festivals : toboggan illuminé, grande roue rappelant les fêtes foraines, retour en enfance avec des Lite Brite géants, discothèque à ciel ouvert ne sont que quelques-unes des activités qui parsemaient le site bondé de fêtards. J’ai adoré l’ambiance qui ressemblait à un gros party de famille futuriste!

Après avoir serpenté le site, j’ai bravé la file du Musée d’art contemporain, lieu insolite où j’aime flâner à l’occasion, pour découvrir le quatuor vocal Qu4rtz. Les gars ont interprété des thèmes et des chansons connus, réchauffant du coup les noctambules. Brownies, chocolat chaud et musique de Mario Bros et des Beach Boys a cappela : rien de mieux pour profiter de la soirée déjà bien entamée. L’autre partie du groupe qui se réchauffait au Complexe Desjardins s’est mordue les mitaines de ne pas avoir assisté à ce petit show sans prétention et amical.

Les sculptures de Valerie Blass valent le détour, mais attendez un soir de semaine! Trop de monde dans un musée, c’est comme 1000 chiens dans un jeu de quilles. Dérangeant.

Direction Plateau Mont-Royal tout près de la maison pour laisser aller ma créativité dans les cheveux de mon amie. Le salon de coiffure Bla Bla Coup’ présentait l’activité Pimp ton amie, prends-la pour une Barbie. J’étais le bourreau et elle, la victime d’une superbe œuvre d’art capillaire. Bon, j’ai seulement eu l’autorisation de couper les pointes de son abondante chevelure, mais ce petit salon de quartier n’a sûrement jamais autant reçu de visiteurs pour une activité aussi ludique et loufoque. Vous auriez dû voir les larmes (de rire et de désespoir) d’un hipster dont la chevelure s’est fait saccager par les ciseaux possédés de ses comparses!

2 h du mat et pas l’ombre d’une gaufre au chocolat à la Suite 88. Le troupeau rebrousse chemin pour se désaltérer au Barouf et terminer son périple devant une poutine fade, mais oh combien ravigotante, après avoir arpenté quelques kilomètres de festivités.

Mention spéciale à l’application de la Nuit Blanche pour les téléphones intelligents. Claire, efficace et jolie. Adieu programmes détrempés, bonjour l’info à portée de main!

Mon plus : la diversité des activités, la magie qui se dégage de la métropole la nuit

Mon moins : l’étroitesse de certaines installations pour la grande quantité d’oiseaux de nuit présents

Advertisements

3 réflexions sur “Nuit Blanche 2012 : manchots, glissade et coupe de cheveux!

  1. Du côté de Villeray, dans la section création, c’était tranquille, il y avait toujours une petite place pour nos âmes en recherche de nouveauté. Ateliers de cartes postales, de collages rétros et de gravures sur vinyle, notre Nuit Blanche s’est avérée fructueuse et colorée!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s