L’éloge de la patience

Plusieurs personnes cherchent du boulot. Mais au delà des statistiques alarmantes que Sophie, Céline et Gérald clament haut et fort au petit écran, il y a des gens de tout acabit. Et les hauts et les bas qui les accompagnent.  Petit scan de mes états d’âme du dernier mois …

Lundi 6 février 2012. 10 h 44. Je termine mon deuxième appel à un employeur potentiel, je peaufine mon CV et ma page Web que je saupoudre d’un peu plus d’originalité, je postule en ligne à deux emplois en rédaction. Je prends une gorgée de café et une grande respiration. Se trouver un emploi est un travail énergivore.

Je commence ma carrière en communication. J’ai cinq ans d’expériences variées et je souhaite me diriger vers la rédaction Web. Je suis souvent à contrat et en gros, j’aime ça. Je rencontre tout plein de gens et je butine à travers des milieux professionnels différents. Grande entreprise, agence de publicité, organisme de bienfaisance, sans oublier l’animation radio. À la Baie-James en plus. Je vous en reparlerai …

Mais quand les contrats se terminent, l’angoisse s’installe. Les journées sont parfois moroses, mais souvent teintées de persévérance et de positivisme. Depuis la fin de mon dernier contrat au début du mois de janvier dernier, je déploie à chaque jour mes tentacules de chercheuse de nouveaux défis. Je dis bien chercheuse de nouveaux défis et non en recherche d’emploi. C’est plus gagnant et ça m’aide drôlement à garder le cap sur mon objectif de débusquer des défis qui me représentent bien et que j’aurai choisis par envie et non par dépit.

L’insécurité, ce sentiment sournois qui m’envahit parfois, me confronte à des dilemmes ma foi légitimes, mais oh combien agaçants!

Cas vécu …

Début février, j’ai une entrevue dans une entreprise de cosmétiques reconnue internationalement. On cherche une coordonnatrice marketing qui, selon l’offre d’emploi, organisera des événements, participera à la création de nouvelles boutiques et plus  encore. Je ne vois nullement une tâche en rédaction à l’horizon, mais je me rends quand même à l’entrevue. Un pied dans une entreprise glamour comme ça, ça en fait rêver plus d’un … ou plutôt plus d’une!

L’entrevue se passe très bien, mais le boulot est loin d’être celui décrit dans l’offre. Tâches d’assistante (enough for me!) pour décharger la chargée de projets pendant les six prochains mois.

Je sors de là mi-figue mi-raisin, direction Starbucks pour me replacer les esprits. En sirotant mon piano mezzo pequino nino latte, je me suis posée mille et une questions. Mon instinct me disait que je trouverais beaucoup mieux, mais mon insécurité tentait de me convaincre des vertus d’expédier des présentoirs, de corriger des épreuves de boîtes de cosmétiques et d’exécuter toute autre tâche connexe (lire fourre-tout de tâches ennuyantes relayées à une junior de chez juniors) dans une entreprise qui me fait tout de même rêver.

Je suis revenue à la maison, la tête pleine à craquer, et j’ai repensé à un phrase d’un article trouvé sur le Web : pour trouver des nouveaux défis, il faut accepter de souffrir positivement.

Cette souffrance, c’est de ne pas avoir de contrôle sur ce qui arrivera dans les prochaines semaines et les prochains mois. C’est de miser sur ses désirs et non sur son insécurité, tout en soulignant les efforts déployés à chaque jour pour arriver au but.

J’ai déjà quelques entrevues au compteur, une formation en rédaction Web décrochée au début du mois, des rencontres très enrichissantes, du bon feedback d’employeurs,  bref,  des efforts qui méritent de souffler un peu sans entendre la maudite culpabilité me chuchoter à l’oreille que je n’en fais pas assez.

Quand les jours sont plus drabes, je relis un mantra de Nietzsche griffonné sur un bout de papier scotché à mon ordi :

Atteindre son idéal, c’est le dépasser du même coup.

Je n’ai pas décroché le boulot suite à mon entrevue chez la meute de filles en  talons aiguilles. Et c’est tant mieux comme ça!

Chèvre-Laine

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s