Babiche et course à pied

Avez-vous remarqué le regain de popularité pour les sports qui étaient auparavant boudés?

Je parle ici de la raquette et de la course.

Dans mon enfance, on haïssait ça faire de la raquette! C’était pratiquement une punition!

Bien sûr, on avait des grosses raquettes en babiche qui nous sortaient des pieds et tellement larges qu’on en perdait l’équilibre. Ce n’était pas adapté et autant performant que les nouveaux modèles en aluminium.

Les raquettes de babiche, ça fait partie notre folklore. C’est vintage. C’est un peu comme les vieux skis de fonds en bois. Je suis toujours agréablement surprise de voir qu’il reste encore des fidèles de ces anciens équipements.

Le nom est drôle aussi : babiche. Je place ce mot dans la même catégorie que la farlouche. (Miam! De la tarte à la farlouche!)

Bref.

La course à pied aussi, j’haïssais ça! C’était difficile et ça finissait tout le temps en crise d’asthme. Ça aussi, c’était une terrible punition. Mais encore une fois, les temps ont changé. Aujourd’hui, j’aime faire de la raquette et je pratique la course!

Or, ce n’est plus le même type de course. Aujourd’hui, je cours tous les jours me rendre au boulot, à l’épicerie ou à la pharmacie. Je cours ensuite vers la maison pour faire à manger, faire de la lessive ou nettoyer. Je cours également devant mon ordinateur parce qu’en plus de travailler à temps plein, je prends des cours à l’université à temps partiel. Je cours ainsi entre les théories et les travaux à remettre. Je cours souvent après mon temps pour me permettre quelques sorties amoureuses, familiales et sociales. Je cours pour aller faire du sport et je cours aussi à l’occasion pour aller relaxer. Et je spécifie, je ne cours pas encore après aucun enfant. Je n’ose pas imaginer ce que ce sera à moment-là!

Je n’ai pas à en faire autant, vous allez me dire : l’art de ne rien faire, voilà la solution! C’est vrai, mais il faut croire que je suis faite comme ça, sans que je m’en rende compte, mon horaire se remplit!

Le groupe Tryo chantait quelque chose qui ressemblait à : moins on en fait et moins on en fait, plus on en fait et plus on en fait. C’est exactement ça, si je ne m’occupais pas, je deviendrais la plus grande paresseuse de l’univers parce que oui, j’ai la paresse facile! Je cours donc en direction inverse de la méchante paresse!

Si on dit que le passé est garant de l’avenir, alors je passerai probablement le restant de ma vie à courir. Par chance, il existe des trucs pour s’en sortir afin d’arriver plus rapidement à son 2e souffle. Je vais inévitablement continuer à m’entrainer à améliorer mon cardio puisque j’ai encore de nombreux projets en tête pour lesquels j’ai envie de courir. Et ce blogue en est un. Alors me voici à faire courir mes doigts sur le clavier pour vous livrer quelques-unes de mes passions, pensées et découvertes. Je n’ai pas de lignes directrices, j’écris sur ce qui court dans ma tête!

En espérant que vous nous suivrez durant le trajet!

Et c’est parti!

Votre athlète, Marie-Chèvre

***

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s